Privilégier les marchés , les ventes directes et les cueillettes

D’une manière générale, la grande distribution fait perdre du temps dans des longs trajets en voiture, payer plus cher un grand nombre de produits en dehors de quelques produits d’appel, et nous rend prisonniers d’une spirale d’achats non contrôlés. Pour y échapper, les marchés et les ventes directes sont à privilégier. Ils permettent d’acheter des produits frais, à des producteurs locaux avec lesquels on peut échanger et s’informer directement sur les produits (s’ils sont de saison, comment les cuisiner…) Contrairement aux grandes surfaces, le marché est un lieu de rencontre convivial où l’on peut prendre le temps de tisser des liens avec les personnes qui nous entourent.

 Les marchés bio d’Île-de-France ♣ ICI ♣

Lire la suite

Limiter les consommations de viande

Il n’est pas nécessaire de consommer de la viande rouge tous les jours, bien au contraire. Une à 2 fois par semaine est suffisant pour être en bonne santé. Du point de vue environnemental, l’élevage industriel nécessite 7 calories végétales pour produire une calorie animale (il n’en est pas de même pour les animaux élevés dans les herbages). La consommation excessive de viande des pays occidentaux a en outre un impact important sur l’environnement et les populations du Sud, car les cultures de céréales et de soja transgénique destinées au bétail européen engendrent un accaparement de terres qui risque de provoquer une multiplication des pénuries alimentaires inacceptable.

Lire la suite

Apprendre à décrypter les étiquettes et les labels

Savoir lire les étiquettes n’est pas évident de nos jours. L’étiquette est faite pour protéger le distributeur et non pour nous informer le plus clairement possible. Pour un choix éclairé, il faut apprendre à juger le pourcentage des différents ingrédients, les dates limites, la nature et la quantité des additifs chimiques (colorants, exhausteurs de goût, conservateurs, émulsifiants, etc.)

 Sur le site de la CLCV, (association nationale de défense des consom-
mateurs,  il existe ♣ un guide ♣ pour apprendre à lire les étiquettes.

Lire la suite

Partager la nourriture produite en commun: les incroyables comestibles

Les Incroyables Comestibles se répandent à grande vitesse aux quatre coins du
monde. Ces initiatives sont symboliques : elles sont porteuses d’une grande
convivialité, participent à défendre le droit à une alimentation variée et
gratuite pour tous (donc les plus démunis) et sont très simples à réaliser : on
plante partout où c’est possible, on arrose et on partage. Des habitants
s’approprient des espaces ou installent des bacs pour produire des fruits ou
des légumes qui sont ensuite partagés gratuitement : chacun peut se servir
librement.

 Pour plus d'informations, visitez ♣ leur site ♣

Apprendre la cuisine aux jeunes générations…et aux moins jeunes

Beaucoup de jeunes sont conditionnés à manger des plats préparés, des sucres et des féculents et ne savent plus ni choisir les fruits et légumes ni cuisiner. L’éducation dès le plus jeune âge est très importante pour donner aux enfants le goût des fruits, des légumes, d’aliments variés, et orienter leurs préférences culinaires. Apprendre la cuisine est un moment privilégié à la fois émancipateur et créateur de lien, souvent intergénérationnel, entre les personnes. C’est aussi l’occasion de découvrir la culture spécifique d’un pays ou d’une région par le prisme de la gastronomie.

∴ ♣ Nos assiettes, notre avenir ♣ organise à Pontault-Combault (77) des 
ateliers de cuisine collectifs avec des produits locaux et de saison,
que chacun rapporte ensuite chez lui. Les ateliers sont ouverts à tous,
à partir de 7 ans, avec comme seul mot d'ordre « Ensemble, préservons
le goût des saisons ! », en toute simplicité et convivialité.
L’association cherche à se démultiplier.

Lire la suite

Résister aux agressions et aux incitations publicitaires

Nous sommes aujourd’hui soumis à d’innombrables incitations marketing. Alors qu’à ses débuts la publicité consistait à faire connaître la réalité d’un produit, les techniques actuelles de marketing sont principalement destinées à jouer sur notre inconscient et à façonner nos désirs. La publicité est devenue « un discours idéologique qui conduit à ne plus voir les réalités de la vie, les valeurs de la vie, les dimensions de l’être et les êtres eux-mêmes que comme des marchandises qui se produisent et se vendent » (François Brune). Comment est-il possible d’y résister ? Nous pouvons renforcer nos défenses en étant davantage conscient de leur présence (voir plus loin « s’émanciper des médias, c’est possible !). Nous pouvons aussi participer à la résistance qui s’organise.

 Participer à RAP (Résistance à l’Agression Publicitaire). L’association a
pour objet principal de lutter contre les effets négatifs des activités
publicitaires sur l’environnement et les citoyens (gâchis des ressources, 
pollution paysagère et du cadre de vie, déchets, bruit) et sur la société 
(développement de la surconsommation, inégalités, obésité, violence…).
Visitez ♣ leur site ♣ ou contactez-les 01 43 66 02 04