Développer la dimension artistique des manifestations

Le dynamisme d’une manifestation, ce sont d’abord des concerts, des spectacles, du théâtre forum, des conférences gesticulées, des ateliers créatifs. Pas de fête sans cette dimension artistique ! Des manifestations sont l’occasion de donner la parole à des formations locales, aux jeunes et aux artistes, et d’exprimer la réalité vécue du territoire.

Faire un appel à créations

Il est possible de faire appel aux créateurs pour illustrer le thème central d’une manifestation, à condition de s’y prendre suffisamment à l’avance (4 mois constituent un minimum).

  • Pour Alternatiba Marne et Gondoire (Lagny) les organisateurs ont lancé un appel à création (photographes, sculpteurs, graphistes, dessinateurs, peintres, poètes, écrivains, artistes en herbe de tout âge et de tous genres sur le thème « vivre ensemble autrement pour le climat ». Les œuvres et créations seront présentées lors du festival Alternatiba le 25 septembre 2015.

Quelques contacts pour les organisateurs de manifestations

Nous fournissons quelques références de compagnie de théâtre, de danse, de clowns, de groupes de musiques qui proposent des productions en rapport avec la transition écologique le climat. Mais il est impossible de fournir toutes les références dans le cadre de cette forme écrite. Quand le site sera en place, il est prévu de faire une enquête auprès des compagnies pour établir une liste plus longue qui sera rendue disponible sur une page Internet.

Compagnie NAJE (Nous n’Abandonnerons Jamais l’Espoir) propose une trentaine de spectacles professionnels de théâtre forum et peut en créer de nouveaux à la demande. Par exemple « Cà va chauffer ! » Sur la nécessité de transformer une manière de penser et d’agir pour réduire notre empreinte environnementale http://les-parques.blogspot.fr/ Fabienne Brugel 01 46 74 51 69

Les Parques, aide à créer des événements gratuits, associatifs et citoyens, afin de réfléchir ensemble de manières ludiques sur des sujets de société : environnement, cohésion sociale, respect de l’autre, par l’art, la culture et la création http://les-parques.blogspot.fr/ ou contact@les-parques.com Julie Dumont 06 61 09 69 90

Compagnie Pile Poil Planète est une compagnie de théâtre professionnelle, une association à but non lucratif dont la mission principale est de sensibiliser tous les publics au développement durable, au respect de la nature et aux enjeux de l’avenir de la planète, de favoriser l’émergence d’une citoyenneté active et de provoquer l’envie d’agir. Spectacle écocitoyen « Gachisbouzouc » sur le recyclage et le réemploi, pour les petits et les grands. http://www.pilepoilplanete.com/accueil.html ou 06 45 71 84 38

TOP’Théâtre de l’opprimé à Lille : création de spectacles à la demande. On produit plusieurs spectacles sur le productivisme agricole, les semences et le lobbying des entreprises agroalimentaires, ainsi que « mon association dans le marché » sur l’assujettissement de force des associations aux logiques marchandes. Voir http://theatredelopprime.jimdo.com/ 03 20 54 16 33 toptheatre@orange.fr

Quelques autres références non développées

http://www.ciespectabilis.com/spectacles/atmosphere-atmosphere/

http://planclimat.alkante.com/upload/gedit/12/file/Mobilisation/dossier de pr%C3%A9sentation_spectacle Atmosphere_developp%C3%A9.pdf

Le Pistil, Fabuliste – Chansonnier

http://www.lechapiteauvert.fr/acc.html

http://www.generikvapeur.com/html/zepa/

http://www.imagine2020.eu/category/create/?s=france&lang=fr

http://www.lequai-angers.eu/en/le-quai/vers-un-eco-theatre

http://www.cler.org/Spectacles-sur-l-energie

http://www.planete-bureau.fr/

http://cie-caribou.org/category/nos-actions/interventions-theatralisees/

Les ateliers pratiques et les expériences

Rien de tel qu’expérimenter pour prendre conscience et oser agir. De multiples expériences et ateliers sont proposés par les associations au niveau local. Là encore, impossible de faire le tour, et on se contentera de citer quelques exemples

Ateliers pratiques

(à compléter)

Des expériences

De nombreuses expériences sont proposées, notamment par les petits débrouillards, mais aussi par de nombreux mouvements d’éducation populaire, des enseignants, etc. Plusieurs expériences sont proposées par l’académie de Poitiers sur son site :

(à compléter)

Penser au ludique : jeux et concours

La prise de conscience repose plus sur l’expérience que sur les discours. Le jeu est à cet égard une forme d’expérience directe très parlante. Nous n’avons pas à ce stade fait un inventaire complet des principales sources de jeux. Mais il est important de signaler ces dimensions à travers quelques exemples :

Jeux de groupe et ateliers pratiques

  • Le jeu du repas solidaire. Les étudiants de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines ont organisé un repas pour faire prendre conscience à l’ensemble des étudiants de la répartition des richesses. Les personnes se sont distribuées en fonction de la population de chacun des 5 continents, et ont reçu à manger en fonction de la richesse.

 

Des quizz

De nombreuses associations proposent des quizz, qui constituent souvent une introduction au débat et au dialogue. Sous son apparence de simplicité, la fabrication d’un quizz demande une réflexion préalable pour poser les bonnes questions et ne pas enfoncer les portes ouvertes, pour inciter à l’action et ne pas verser dans le spectaculaire et l’anecdotique.

Concours photo

Faire un concours photo est un facteur de prise de conscience pour ceux qui y participent. Les photos constituent un outil visuel très important pour faire prendre conscience, en particulier sous forme d’exposition.

  • L’Université Pierre et Marie Curie a organisé début 2015 un concours photo sur le thème « climat, changer d’air », dont les clichés ont été exposés à l’Atrium café de la faculté :

http://www.upmc.fr/fr/vie_des_campus/vie_etudiante/concours_photo_upmc.html

  • Acteurs du Paris durable avait organisé en 2013 un concours photo sur le thème « quel temps fait-t-on demain à Paris ? » qui a fait l’objet d’une exposition lors des journées parisiennes de l’énergie et du climat :

http://acteursduparisdurable.fr/actus/concours-photo-quel-temps-fait-on-demain-a-paris

Des jeux vendus par des associations spécialisées

Plusieurs associations spécialisées proposent une offre de jeux pédagogiques qui peuvent servir de support à des activités de groupe et constituent également des sources d’idées pour inventer vos propres actions :

  • La mallette pédagogique « 1 degré de plus » des Petits Débrouillards sur le changement climatique, réalisée avec WWF et l’ADEME, comprend une série de fiches d’expérimentation et de recherche, un jeu de plateau avec carte et domino, etc. pour les jeunes dès 7 ans. Voir http://www.rac-f.org/Malette-pedagogique-changement
  • la mallette Ludobio (40 €), réalisé par l’association Bio Consom’acteurs, propose 5 jeux conçus pour permettre de découvrir, dès l’âge de 6 ans, les spécificités de l’agriculture biologique de façon ludique ainsi que des thèmes transversaux comme l’équilibre alimentaire le goût et la connaissance des aliments.

Les world cafés organisés par e-graine (Trappes) permettent de mener une réflexion sur les principales interactions responsables du dérèglement climatique et d’en percevoir la complexité, puis de chercher des solutions. Ils commencent par un jeu de positionnement qui fait ressortir la vision que les participants ont du changement primaire. Ensuite, répartis en groupe, ils abordent tour à tour les liens entre cette notion et différent thématique : alimentation, énergie, transports, biodiversité. voir http://e-graine.org/PDF/dossier-offre-pedagogique-climat.pdf

Communiquer, faire connaître son action

La bataille pour la mobilisation climatique est aussi une bataille de communication. Pour faire connaître au plus grand nombre les enjeux et les actions menées, il faut penser à communiquer largement. Plusieurs canaux sont possibles pour cela.

Travailler en réseau avec les associations locales

Nul ne peut agir seul. Il n’est pas nécessaire d’être d’accord sur tout mais d’avoir le même objectif pour agir ensemble. Il est essentiel d’utiliser le réseau des dynamiques existantes pour diffuser des informations, en les reliant si possible à des dynamiques plus larges au niveau national ou mondial, ce qui est essentiel pour la mobilisation climatique.

Il existe dans la plupart des mairies un répertoire des associations locales qui permet d’appeler certains réseaux auxquels on n’avait pas pensé. À Paris, les Maisons des associations situées dans chaque arrondissement peuvent également servir de relais pour les nombreuses associations avec lesquelles elles sont en lien.

Avant l’action

Pour que les personnes se mobilisent, l’action doit devenir un événement à faire connaître. Il faut faire pour cela une courte présentation de votre action avec une adresse de contact, un visuel et en gros caractères un titre, un lieu, une date. Cela peut se traduire par des tracts et par des affiches, qu’on peut mettre dans la ville, dans la maison des associations, auprès des commerces, sans oublier un moyen de vous contacter.

Utiliser les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux sont également un bon vecteur de diffusion d’information. Aujourd’hui, ils ont pris une importance considérable pour démultiplier l’information et la diffuser à des publics larges. Il est essentiel de diffuser sur les réseaux sociaux l’annonce d’un événement, et après un événement de faire connaître les photos ou des petites vidéos prises pendant une manifestation, ou à l’occasion de sorties ou d’ateliers, pour les faire connaître beaucoup plus largement. Plusieurs adresses peuvent être utilisées :

  • Le site de Coalition Climat 21 avec #climat21 et « 1000initiatives » a pour fonction d’accueillir tous les événements en lien avec la mobilisation climatique
  • le site de la ville, et celui des principales associations locales qui ont participé à l’événement ou qui sont en lien avec la mobilisation
  • Le Collectif des associations citoyennes est également présent sur Facebook voir la page @associationscitoyennes.net

Informer la presse locale

Pour informer la presse locale, deux formats sont nécessaires :

– un communiqué d’une quinzaine de lignes qui présente l’essentiel de la manifestation en répondant aux questions classiques : qui, quoi, où, quand, comment et pourquoi.

– Un dossier de presse plus détaillé qui présentera les enjeux du changement climatique et de la transition écologique, avec un aperçu sur les actions locales qui sont réalisées, etc. sous forme d’une série de fiches suffisamment synthétiques pour pouvoir être reprises dans des articles de presse, nécessairement courts.

– Après l’événement, des photos sont souvent un plus.

Soirées d’information, café citoyen, café climat, etc.

Cafés citoyens

Le débat est essentiel pour faire progresser les idées. Il est possible avec très peu de moyens d’organiser un café citoyen, un « éco café », etc. Il s’agit le plus souvent de rendez-vous réguliers, ouverts à tous, centrés sur l’information et le débat, avec l’idée que la controverse fait progresser les idées. Dans les 6 prochains mois, de nombreuses associations vont se poser la question de leur participation à la dynamique engendrée par COP 21.

  • Le café citoyen de Paris se réunit le troisième mercredi de chaque mois de 19 heures à 21 heures au café bar l’imprévu, 35, rue Didot 75014 Paris. Parmi les thèmes abordés, « énergies renouvelables et/ou sobriété énergétique ? », « Pourquoi le gaspillage côtoie-t-il la famine ? » Voir http://www.cafes-citoyens.fr/arcadies/paris
  • La Fabric des Colibris de Rambouillet organise des cafés citoyens à Rambouillet et aux alentours. Quelques exemples de thèmes abordés : « Comment favoriser une écologie humaine ? », « La société de compétition est-elle une fatalité ? » « Quelle ville pour demain ? ». Voir http://fabric.amap-rambouillet.org/402-2/
  • Le Café Climat à Montpellier est organisé tous les deux mois pour échanger des informations concrètes et utiles dans le domaine de la maîtrise de l’énergie, des énergies renouvelables, de l’habitat et des transports. Celui-ci est organisé par l’agence locale de l’énergie. Mais il est parfaitement possible à des citoyens de faire la même chose en Île-de-France, en abordant des sujets plus controversés Voir http://www.infoenergie-lr.org/evenement/cafe-climat-autoconsommation-photovoltaique-quelles-possibilites-pour-les-particuliers/
  • Les Clim’apéro de Coalition Climat 21. Une fiche technique est proposée sur le site, qui reprend les principales caractéristiques d’un café citoyen. Voir http://coalitionclimat21.org/sites/default/files/kitmob_pdf.pdf

Soirées débats

La démultiplication du travail de sensibilisation doit également s’appuyer sur les associations et les groupes constitués. Il est possible de répondre aux demandes de façon participative, afin d’enclencher une dynamique collective et des dynamiques individuelles. Beaucoup de personnes sont sensibilisées, le problème est plutôt celui du passage à l’acte. Une soirée d’information et de sensibilisation permet d’inciter les personnes à se mettre en mouvement en comptant sur leurs propres forces, seules ou en groupe :

  • Une soirée débat est organisée au CAP (Carrefour des associations parisiennes) le 17 juin 2015 pour l’ensemble des associations de la capitale. Le travail se déroule en 4 étapes : une information sur les enjeux de la COP 21 et la nécessité d’une action dans la durée, une présentation du répertoire des principales actions envisageables, un travail en petits groupes pour se poser mutuellement la question « et moi, que puis-je faire pour la transition écologique ? », une mise en commun pour mutualiser les réponses et un débat général autour des perspectives et de savoir comment continuer.
  • Débat autour d’un livre, d’un film ou d’une vidéo. Bien que la méthode soit tout à fait classique, il n’est pas inutile de rappeler ici la possibilité d’organiser des débats autour d’un film ou d’une vidéo. Compte tenu de la puissance de l’image, une projection même courte a un impact important. Le rôle de l’image est ici de prolonger la réflexion de ceux qui agissent sur le terrain, mais aussi de proposer un support supplémentaire de réflexion, plus proche et plus accessible que l’écriture. Tout dépend bien sûr du choix des thèmes et du support. Un des membres peut faire le résumé des livres qui l’a marqué et les diffuser/discuter.

Climat’parties

Ces soirées peuvent avoir une forme plus conviviale, chez l’habitant, à la manière des « soirées Tupperware ». La fondation Nicolas Hulot propose un ensemble d’outils et les propositions de déroulés :

Une Climat’party, c’est avant tout un temps de rencontre, avant tout convivial, entre amis ou en famille, pour partager un état des lieux de la Planète et identifier ensemble des recommandations et actions à mettre en œuvre pour opérer une mutation. La fondation Nicolas Hulot met à votre disposition une série d’outils (quizz, jeux de cartes, vidéos) ainsi que des propositions de déroulés. https://formulaires.fondation-nicolas-hulot.org/fra/espace_personnel?q=register

Soirées d’information, café citoyen, café climat, etc.

Cafés citoyens

Le débat est essentiel pour faire progresser les idées. Il est possible avec très peu de moyens d’organiser un café citoyen, un « éco café », etc. Il s’agit le plus souvent de rendez-vous réguliers, ouverts à tous, centrés sur l’information et le débat, avec l’idée que la controverse fait progresser les idées. Dans les 6 prochains mois, de nombreuses associations vont se poser la question de leur participation à la dynamique engendrée par COP 21.

  • Le café citoyen de Paris se réunit le troisième mercredi de chaque mois de 19 heures à 21 heures au café bar l’imprévu, 35, rue Didot 75014 Paris. Parmi les thèmes abordés, « énergies renouvelables et/ou sobriété énergétique ? », « Pourquoi le gaspillage côtoie-t-il la famine ? » Voir http://www.cafes-citoyens.fr/arcadies/paris
  • La Fabric des Colibris de Rambouillet organise des cafés citoyens à Rambouillet et aux alentours. Quelques exemples de thèmes abordés : « Comment favoriser une écologie humaine ? », « La société de compétition est-elle une fatalité ? » « Quelle ville pour demain ? ». Voir http://fabric.amap-rambouillet.org/402-2/
  • Le Café Climat à Montpellier est organisé tous les deux mois pour échanger des informations concrètes et utiles dans le domaine de la maîtrise de l’énergie, des énergies renouvelables, de l’habitat et des transports. Celui-ci est organisé par l’agence locale de l’énergie. Mais il est parfaitement possible à des citoyens de faire la même chose en Île-de-France, en abordant des sujets plus controversés Voir http://www.infoenergie-lr.org/evenement/cafe-climat-autoconsommation-photovoltaique-quelles-possibilites-pour-les-particuliers/
  • Les Clim’apéro de Coalition Climat 21. Une fiche technique est proposée sur le site, qui reprend les principales caractéristiques d’un café citoyen. Voir http://coalitionclimat21.org/sites/default/files/kitmob_pdf.pdf

Soirées débats

La démultiplication du travail de sensibilisation doit également s’appuyer sur les associations et les groupes constitués. Il est possible de répondre aux demandes de façon participative, afin d’enclencher une dynamique collective et des dynamiques individuelles. Beaucoup de personnes sont sensibilisées, le problème est plutôt celui du passage à l’acte. Une soirée d’information et de sensibilisation permet d’inciter les personnes à se mettre en mouvement en comptant sur leurs propres forces, seules ou en groupe :

  • Une soirée débat est organisée au CAP (Carrefour des associations parisiennes) le 17 juin 2015 pour l’ensemble des associations de la capitale. Le travail se déroule en 4 étapes : une information sur les enjeux de la COP 21 et la nécessité d’une action dans la durée, une présentation du répertoire des principales actions envisageables, un travail en petits groupes pour se poser mutuellement la question « et moi, que puis-je faire pour la transition écologique ? », une mise en commun pour mutualiser les réponses et un débat général autour des perspectives et de savoir comment continuer.
  • Débat autour d’un livre, d’un film ou d’une vidéo. Bien que la méthode soit tout à fait classique, il n’est pas inutile de rappeler ici la possibilité d’organiser des débats autour d’un film ou d’une vidéo. Compte tenu de la puissance de l’image, une projection même courte a un impact important. Le rôle de l’image est ici de prolonger la réflexion de ceux qui agissent sur le terrain, mais aussi de proposer un support supplémentaire de réflexion, plus proche et plus accessible que l’écriture. Tout dépend bien sûr du choix des thèmes et du support. Un des membres peut faire le résumé des livres qui l’a marqué et les diffuser/discuter.

Climat’parties

Ces soirées peuvent avoir une forme plus conviviale, chez l’habitant, à la manière des « soirées Tupperware ». La fondation Nicolas Hulot propose un ensemble d’outils et les propositions de déroulés :

  • Une Climat’party, c’est avant tout un temps de rencontre, avant tout convivial, entre amis ou en famille, pour partager un état des lieux de la Planète et identifier ensemble des recommandations et actions à mettre en œuvre pour opérer une mutation. La fondation Nicolas Hulot met à votre disposition une série d’outils (quizz, jeux de cartes, vidéos) ainsi que des propositions de déroulés. https://formulaires.fondation-nicolas-hulot.org/fra/espace_personnel?q=register

Former des porteurs de parole

Les réunions formelles sous forme d’ateliers ou de soirées débats sont utiles au sein de groupes constitués, mais ne sont pas les plus efficaces pour toucher des publics de jeunes ou de personnes inorganisées. Pour élargir la sensibilisation on peut procéder en 2 temps : commencer par former des « porteurs de parole », qui vont ensuite pouvoir expliquer à d’autres l’importance des enjeux climatiques.

Lire la suite