Manger sas excès, faire confiance à son corps

Dans la plupart des situations normales de la vie, notre corps est fait pour transformer les aliments en nutriments qui nous seront utiles. Hors certaines pathologies (maladie de Crohn…) ou de situations particulières (convalescence, sport de haut niveau, gestation…), notre corps et son système immunitaire fonctionnent plutôt bien. Mais chacun étant unique, il faut avant tout être à l’écoute de soi-même, pour détecter lorsque notre corps réagit mal ou n’est pas capable de gérer un apport particulier.

Quelques principes nutritionnels simples aident à garder le meilleur fonctionnement possible des systèmes complexes de notre bonne santé.
     manger des produits frais
     pas trop de nourriture pré-transformée
    adapter son apport calorique à son activité physique sans chocs dans un sens ou dans l’autre. En effet, l’apport calorique global inadapté est seul responsable du surpoids comme du sous-poids.

Limiter l’effet des ondes électromagnétiques

Les ondes électromagnétiques émises par nos appareils d’usage quotidien (radio, micro-ondes, téléphones portables, système Wifi, télécommandes, antennes relais) sont présentes partout et ne sont pas sans dangers. En 2011, l’Organisation Mondiale de la Santé a classé les radiofréquences comme « peut-être cancérigènes » et propose un récapitulatif des questions sanitaires que soulève la multiplication de ces ondes.

Lire la suite

Textes à télécharger (Versions PDF)

Textes d’actualité

Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques – 2015 – COP21

→ L’accord de Paris (COP21)

→ Position officielle AFP Accord historique à Paris

→ Réaction de Greenpeace : L’avenir en demi-teinte

→ Réaction d’Attac France


Textes de référence

2016 – Un humanisme spirituel pour le XXIe siècle – Wu Weiming – Résumé
2015.a. – Encyclique « Laudate Si » – Pape François – Résumé
2015.a. Déclaration islamique sur le changement climatique
2014 – Charte d’Alternatiba

2010 – Adieu à la croissance – Jean Gadrey – Résumé
2009 – Manifeste pour la récupération des biens communs
2001 – De notre servitude involontaire – Alain Accardo – Résumé
1992 – Déclaration de Rio Sommet de la Terre
1989 – Les 3 écologies – Félix Guattari – Présentation
1973 – L’utopie ou la mort – René Dumont – Note bibliographique

La question de l’eau

Nous vivons sur la planète bleue, notre corps est constitué à 70% d’eau, sans cette ressource, la vie n’est pas possible. Pourtant, cette abondance cache en fait une rareté sous-jacente. Non seulement la quantité d’eau douce disponible sur terre ne représente que 1 % de l’eau présente sur Terre, mais aussi cet élément vital se trouve de plus en plus dégradé : pollution des nappes phréatiques, réchauffement et prolifération de bactéries… Non seulement l’eau douce, mais aussi l’ensemble des mers, océans et écosystèmes aquatiques sont aujourd’hui menacés : surpêche, acidification, perturbation des chaines trophiques, pollutions aux hydrocarbures (forages offshore, marrées noires) et aux plastiques, sont autant de menaces qui pèsent aujourd’hui sur l’élément le plus précieux de notre chère planète.

René Dumont, 1973 : L’utopie ou la mort

René Dumont, L’utopie ou la mort,

Paris, Le Seuil, 1973, 187 p. Note bibliographique, par Philippe Hugon

 

Depuis les années 1970 de nombreuses études paraissent pour tirer un signal d’alarme quant à l’évolution de notre société; aux extrapolations optimistes (exprimées en dollars) de Kahn et Wiener pour l’an 2000, s’opposent les ouvrages tels Halte à la croissance (Club de Rome), Changer ou disparaître (The Ecologist de Londres), Pour une autre croissance (Lattes), ou le rapport du M.I.T. sur la croissance zéro; ils rappellent que dans un monde fini, la croissance exponentielle de la population et de la production industrielle deviendra vite impossible; le système actuel doit s’effondrer par épuisement des réserves minérales, l’insuffisance dramatique de la production alimentaire, la surpopulation et la pollution.

Lire la suite