Agriculture

Manger est essentiel à la vie, et pourtant notre rapport à la terre nourricière n’est plus le même qu’autrefois. La mécanisation et l’introduction de produits phytosanitaires (engrais et pesticides) ont participé à la transformation de paysans gardiens d’un savoir-faire en exploitants devenus de véritables chefs d’entreprises. Notre manière de produire : élevages et (mono)cultures intensives, voire en batterie est extrêmement néfaste non seulement pour le maintien de la biodiversité mais aussi pour notre santé. La recherche de compétitivité, et donc de minimisation constante des coûts menée par les groupes agro-industriels a des conséquences catastrophiques d’un point de vue sanitaire,environnemental mais aussi social. Cependant, il est loin d’être trop tard, et des solutions existent aux crises actuelles. Il est en effet possible de nourrir l’ensemble de l’humanité, avec des produits sains et dans le respect des hommes, à condition de faire les bons choix.Elevage intensif, attention danger ! France 5 2014. L’élevage intensif, hors pâturage (dit hors sol), se développe chez les bovins. Cette méthode est devenue la norme à travers le monde comme avec les vaches laitières. Aux Etats-Unis, les fermes peuvent concentrer plus de 30 000 bêtes loin des prairies dans des espaces confinés. Le résultat : du lait bon marché produit en masse. Mais les conséquences sont parfois désastreuses entre la maltraitance animale, la pollution de l’air ou des nappes phréatiques. Enquête sur ces «fermes usines» aux Etats-Unis et en France. La réalisatrice, Frédérique Mergey, a suivi pour l’occasion le combat entre les promoteurs de la première initiative de ce genre, le projet de la ferme des 1000 vaches, développé près d’Abbeville dans la Somme, et ses opposants.. 53’.

Guerriers en graines Arte 2014. Le bunker qui vient d’être inauguré dans l’archipel norvégien du Svalbard, non loin du pôle Nord, répondra-t-il à cette interrogation ? Il devrait bientôt accueillir plusieurs millions d’échantillons de semences issues de tous les continents, permettant ainsi aux pays en développement de régénérer leurs plantations en cas de désastre. Seed warriors analyse l’utilité de ce temple de la biodiversité et le rôle qu’il peut jouer dans la lutte contre la faim.. 86’.

La guerre des graines LaTéléLibre . Voici un film utile. Un film qui donne les clés pour comprendre comment des multinationales veulent confisquer le vivant. Un film qui donne envie de se battre pour sauver notre indépendance alimentaire.

Les moissons du futur . Comment nourrir les 9 milliards d’habitants annoncés sur la planète en 2050 ? Une émission de télévision a convaincu Marie-Monique Robin de poursuivre ses investigations sur l’urgence de produire autrement. Président de l’Association nationale de l’industrie agroalimentaire, Jean-René Buisson y affirmait qu’aucune alternative aux pesticides n’était possible et qu’une agriculture bio entraînerait une baisse de la production de 40 % pour une hausse des prix de 50 %. Rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation des Nations unies, Olivier De Schutter, lui, prétend exactement le contraire. Qui croire ?.

Semences les gardiens de la biodiversité Arte 2014. L’agriculture mondiale dépend essentiellement aujourd’hui de cinq multinationales de l’agrochimie, qui s’enrichissent en obligeant les paysans à utiliser les semences qu’elles ont sélectionnées. Ce documentaire raconte le combat de petits exploitants, chercheurs et citoyens européens qui se mobilisent contre ce monopole et luttent pour préserver la biodiversité.. 52’.

La terre en morceaux Arte 2015. La France des zones urbaines et d’activité dévore celle des terres agricoles, plus chères que jamais. Réalisé par Ariane Doublet (« Les terriens »), ce documentaire coup de poing montre la logique folle qui change en profondeur l’agriculture et le paysage.. 56’.

Une vie de cochon France 2 2013. «Les cochons ! Ils sont tout roses, si attachants avec leurs grands yeux. Et ils sont partout dans nos assiettes. Ils sont tellement présents que j’ai voulu connaître la face cachée de ma tranche de jambon. C’est l’histoire triste et vraie d’un système devenu absurde où il n’y pas de coupable mais dont nous sommes tous responsables. Un monde où les hommes et les animaux sont devenus des machines.». 66’.

Argentine-Le soja de la faim . Argentine, le soja de la faim est un documentaire français de Marie-Monique Robin aux éditions Galaxie presse, dénonçant les méfaits des cultures OGM en Argentine.. 25’.

Le monde et les terroirs Arte 2014. Quel bilan tirer de cinquante ans de politique agricole commune ? Voyage d’ouest en est à la rencontre des mondes agricoles européens d’aujourd’hui.. 45’.

Bien manger, mais à quel prix. Arte 2015. Avec 58 milliards d’euros par an, les subventions accordées à l’agriculture représentent le deuxième poste budgétaire le plus coûteux de l’Union européenne. Mais qui profite aujourd’hui de la politique agricole commune ? Enquête sur un système qui accumule les effets pervers.. 44’.

La faim Arte 2014. Le niveau de production alimentaire n’a jamais été aussi élevé qu’aujourd’hui. Pourtant, plus d’un milliard de personnes souffrent aujourd’hui de la faim dans le monde et leur nombre ne cesse de grandir. Au Kenya, au Brésil, en Haïti ou en Inde, ces victimes de l’extrême pauvreté exposent avec clarté leur situation sans issue. Des témoignages complétés par la contribution d’experts locaux et de militants. Mais les réalisateurs vont plus loin, décryptant les rouages d’une tragédie dont les responsables sont à la fois identifiables et impunis : avec la mondialisation, l’urbanisation et les politiques de libre-échange imposées à grande échelle. 90’.

Pourquoi la faim, pourquoi la soif Arte 2014. Si les ressources mondiales de notre planète étaient gérées au mieux, aucun enfant ne devrait mourir ni de faim ni de soif. Une hypothèse que ce documentaire s’attache à démontrer point par point.. 101’.

Produire bio Arte 2014. En Europe, les produits bios génèrent 21 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Un succès qui s’est accompagné d’une forte industrialisation des modes de production. Quant aux idéaux du commerce équitable, ils sont battus en brèche par ceux qui rémunèrent la main-d’œuvre à vil prix. Enquête sur un business qui n’est pas exempt de pratiques scandaleuses.. 90’.