Promouvoir une expérience locale de santé communautaire

La santé communautaire est une autre approche beaucoup plus globale de la santé qu’elle définit comme le bien-être de tous. De multiples expériences, en France et dans le monde, associent dans une même démarche de santé publique la population, les soignants et les responsables politiques pour promouvoir des formes d’organisation des services de santé. Elles prouvent qu’on peut soigner autrement, sans ordonnances à rallonge et sans consultations à la chaîne. Avec un leitmotiv : si la santé est déterminée par l’environnement social, alors l’accès aux droits sociaux est aussi important que le soin. La priorité est de répondre aux besoins de la population, avec elle : réflexion partagée sur les priorités et la mise en place de services coconstruits, évaluation commune des activités. Le développement et la survie de ces expériences, qui sont menacées, constituent un combat politique de première importance.

 L’institut Renaudot ♣ a développé depuis de nombreuses années une 
réflexion, un centre de ressources et une plate-forme alimentée 
d’expériences capitalisées permettant le partage et les échanges de
pratiques citoyennes et professionnelles existant en France et ailleurs en 
matière de santé communautaire.
Lisez ♣ l’article ♣ de Bastamag  
La Place Santé à Saint-Denis regroupe une offre de soins, des ateliers
d’éducation à la santé animés par des médiatrices santé et diverses
initiatives (café santé, ateliers cuisine, ateliers thérapeutiques, etc.).
Ces activités sont définies à partir des demandes des habitants, et 
fonctionnent en réseau avec les autres associations de la ville. Cependant
l’avenir de la Place Santé est très fragile, du fait de la précarité des
financements et de l’écart grandissant entre ses orientations et celles de
l’Agence Régionale de Santé. Jusqu’ici, la forte implication de la 
population et des soignants a permis de maintenir cette démarche.
La ♣ Case de santé ♣ à Toulouse fonctionne selon les mêmes principes
dans le quartier Arnaud Bernard à Toulouse. Elle articule les soins, le 
travail social et l’accès aux soins des plus démunis. Elle est devenue 
une référence en matière d’accompagnement médico-social des migrants
et des gens en grande précarité. Elle a failli fermer ses portes fin 2014 
du fait des coupes budgétaires, mais a finalement survécu.